À quel âge devient-on un vieux satyre?

Le collège Regina Assumpta est sur le chemin qui me mène à mon arrêt d’autobus. C’est un collège privé, auparavant réservé aux filles. On y porte encore l’uniforme. Chaque matin, alors que le soleil se lève à peine, je croise des dizaines de jeunes écolières, vêtues comme dans les fantasmes de vieux cochons, qui se dirigent tranquillement vers les bancs d’école. Et franchement, elles ne me font pas tant d’effet.

Ce matin, je traversais la rue au coin du collège, quand j’ai remarqué une grande brune qui marchait devant moi d’un bon pas, seule. Elle s’est tourné vers moi, m’a regardé. Je l’ai regardé aussi. Elle était belle. Elle a continué vers l’Est, moi plein Sud. Je ne la voyais plus que de dos. Et je me suis rendu compte qu’elle s’en allait à l’école.

Cette fille a moins que la moitié de mon âge. Et si elle le voulait, elle pourrait me détruire complètement. J’aime pas les filles.

Justifier sa paresse

Je n’ai pas de frigo. J’ai une glacière sur le balcon. Je n’ai pas de poêle. J’ai un wok électrique et un micro-ondes. Et je n’ai pas de vaisselle (ou presque).

Dimanche matin j’avais envie de pain doré. (Je l’aurais fait dans le wok.) J’ai calculé que j’allais devoir acheter du lait, des oeufs, du pain, de la cannelle et du sirop d’érable. Seulement le sirop et la cannelle survivraient à ce déjeuner. Seulement le sirop d’érable survivrait à mon déménagement imminent. Ça regardait donc pour 5 à 8 piasses d’aliments qui allaient servir juste à un repas puis se retrouver aux vidanges.

Je suis allé au restaurant.

Suer

Crisse, j’arrête pas de suer. Je sais très bien pourquoi. Pour qui, en fait. Ça me prend une demi-heure et j’ai les dessous de bras qui trempent dedans, comme vos doigts. C’est tellement sexy. Ensuite je m’en rends compte, et ça me stresse, et je sue encore plus. Et là c’est rendu que je stresse d’avance à l’idée que je vais suer. Ce qui me fait suer encore plus et encore plus vite.

J’en suis réduit à essayer ce truc de Procrastinator. On a bien la science qu’on peut avoir.

Bittersweet Symphony

Pour me consoler, mon Shuffle m’a fait un beau cadeau. J’ai mis le pied hors de l’autobus et il a commencé la lecture de Bittersweet Symphony de The Verve, qui a accompagné ma marche jusque chez moi. Le fadeout s’est terminé juste comme je tournais la clé dans la porte. Timing parfait. Et comme toune de marche, Bittersweet Symphony est dure à battre. Chaque pas te fait sentir un peu plus bad ass, jusqu’à que tu te sois prêt à tout arracher.

Je suis un sombre crétin

Quand l’objet de ton désir t’invite à marcher un bout avec elle, tu ne lui dis pas comme moi que tu t’en vas de l’autre côté ce soir. Tu oublies tes plans et tu la suis. C’est pas grave si tu es une fois de plus en retard chez ton psy. C’est encore moins grave si tu manques ton rendez-vous complètement.

Même mon psy est d’accord: je suis un crétin.