Dans le Shuffle: janvier 2008

Les axes principaux de ce remplissage sont:

  • Mon intérêt renouvelé pour la musique électronique, réveillé par Justice et nourri par des blogs musicaux d’ici et d’ailleurs
  • Une razzia d’un soir de succès (si possible obscurs) de la deuxième moitié des années 80
  • Les restants d’une razzia précédente orientée yé yé franco

Comme toujours, quelque tounes ont résisté au ménage initial. Le reste du remplissage s’est fait en défilant les artistes en ordre alphabétique croissant. Je n’ai pas eu le temps de me rendre en bas.

Contrainte particulière: une toune maximum par artiste. Je me suis permis quelques entorses dans le cas des remix. Klaxons sont présents deux fois, mais la deuxième toune est un remix de Brodinski, qui tient lieu d’artiste principal. Sauf que Brodinski a aussi un autre remix dans la liste (Fuck Friend de Bitchee Bitchee Ya Ya Ya), alors on peut dire que je ne respecte pas mes propres contraintes.

La liste complète suit après le break. Lire la suite

Publicités

Mon iPod

iPod Shuffle Je n’ai qu’un iPod, et c’est le plus cheap. Un Shuffle première génération de 512 Mo. C’est peut-être la troisième de mes possessions que j’aime le plus, après mon vélo et mon sac Cocotte.

J’aime qu’il soit presque indestructible. (Je devrais pas dire ça, la dernière fois ça m’a porté malheur.) J’aime qu’il ait juste 5 boutons en tout, et que je puisse m’en servir à travers quelques couches de vêtements, juste au toucher. J’aime qu’il puisse servir de mini-disque USB à brûle-pourpoint. J’aime l’expression « à brûle-pourpoint ». Mais par dessus tout, j’aime qu’il m’oblige à choisir dans ma musique.

Ma librairie iTunes est rendue à 33,83 Go, 7081 morceaux, 20 jours. Et ça grossit chaque jour. Mon Shuffle ne sera jamais plus gros que 480 Mo, environ 120 morceaux, +/- 8 heures. Ça veut dire qu’il contient au plus ~2% de ma musique. C’est ce qu’on appelle la crème.

Le remplissage du Shuffle est une opération complexe et itérative. Je commence par enlever tout ce qu’il y a dedans que je n’ai plus envie d’entendre. Normalement il ne reste plus grand chose après ça. Puis je remplis petit à petit, en furetant au hasard dans différents classements: date de l’ajout, nom de l’artiste, genre, nombre d’écoutes. J’ai aussi commencé à ajouter des contraintes supplémentaires, juste pour le fun. Par exemple, lors du dernier remplissage, je me suis dit qu’il n’y aurait pas plus d’une toune par artiste.

Une fois le Shuffle plein, il faut le mettre à l’épreuve. Sa mission est de rendre une épicerie ou une ride en métro agréable. Si je me surprends à skipper des tounes, c’est mauvais signe. De retour à la maison, je les enlève et je les remplace. Après quelques rondes similaires, j’arrive habituellement à un Shuffle qui peut durer pas loin d’un mois dans mes oreilles. Évidemment, il est ajusté régulièrement pour faire place à de nouveaux arrivages, mais le core de la sélection toughe pas mal.

Ce n’est pas vraiment un mix tape, parce que c’est trop long, trop varié et que l’ordre est de toute façon aléatoire. C’est une sélection de pièces qui me donnent de la joie, pour des raisons souvent bien différentes. Je vais commencer à archiver ces sélections ici-même. Elles seront taggées « dans le Shuffle« .