Qui suis-je?

Qui est qbert72?

C’est moi.

D’où vient ce nom?

qbert72, c’est un pseudonyme que j’utilise depuis mes débuts sur Internet, en 1998. À cette époque, j’étais sans emploi, ma coloc travaillait pour un fournisseur d’accès Internet et elle m’avait illicitement ouvert un compte gratuit chez son employeur. Pour ne pas engorger les lignes téléphoniques et me faire remarquer, je me connectais surtout de nuit.

J’étais assez présent sur Internet Relay Chat (IRC), qu’un ami m’avait décrit comme « le party line ». Je faisais comme à peu près tous les gars là-dessus: je me dirigeais vers les channels occupés, j’essayais d’attirer l’attention de tout ce qui avait un nickname un tant soit peu féminin, et quand je réussisais, je chattais en privé avec une fille. J’avais un avantage important sur bien d’autre gars: je sais écrire. Dans un médium textuel, c’est l’équivalent d’être un hunk. Donc je pognais pas mal. Pour un nerd dans mon genre, c’était du nouveau. C’était bon.

Sur IRC, il faut choisir un pseudonyme en se connectant. Ce pseudo est la première impression que l’on donne. Autant qu’elle soit bonne. Selon mon humeur, j’utilisais l’un ou l’autre des ces nicknames:

GummiBear, ça pognait pas mal, mais c’était quasiment trop cute. lapinot, c’est pas tellement connu, et ça fait un peu fifi. qbert, en hommage au jeu vidéo, ça mettait de l’avant mon côté geek et nostalgique, mais en même temps c’était un peu plus recherché qu’un simple Pac-Man. C’est ce dernier qui s’est imposé à la longue.

IRC requiert que chaque nick soit unique sur le réseau. qbert, ce n’était pas assez original pour ça. Il y avait d’autres nostalgiques dans mon genre, et des fans du DJ. Dans ces cas-là, les gens ajoutaient un ou plusieurs chiffres à la fin de leur nick. C’était souvent leur âge: pratique pour la cruise. Moi je suis un pragmatique. Je sais qu’on change d’âge à chaque année, mais qu’un bon pseudo est éternel. J’ai donc ajouté mon année de naissance plutôt que mon âge. qbert72 était né.

Qu’est-ce qu’il y a ici?

Ce que j’ai envie d’écrire.

Publicités